[ Kokoro ] de Delphine Roux, 1er roman tout doux !

Ajouter un commentaire
Envolée vers le Japon imminente !kokoro

Résumé »

Koichi et sa soeur Seki tentent de se reconstruire après la mort de leurs parents dans un accident, lorsqu’ils étaient adolescents. Tandis que Seki se réfugie dans la réussite professionnelle, Koichi, fuyant la réalité, est absent du monde. Mais lorsque ce dernier apprend que sa soeur va mal, il décide d’agir pour que tous deux puissent renouer avec kokoro, le bonheur enfoui de leur enfance.

Auteur : Delphine ROUX (premier roman) |  114 Pages  | Éditions Philippe PICQUIER

Lancez-vous si : vous aimez le Japon, les histoires de famille

Passez votre chemin si : vous cherchez un pavé, des samouraïs

Selon moi :

Vous l’aurez compris à la couverture et au titre, on embarque pour le Japon. Là-bas se trouve, Koichi, le narrateur, et sa sœur Seki qui font face tous les deux de manière très différente au décès de leurs parents. Leur grand-mère est de la partie également. Et Kokoro…

Ce livre est très singulier par sa mise en page : il m’a surprise avec des chapitres très courts dont le titre tient en un seul mot, en français et en japonais, et résume parfaitement le contenu du chapitre.

Koichi raconte très simplement et tout en légèreté ce qu’est devenu son quotidien. Il nous parle également avec bienveillance des livres, qu’il manipule via son boulot à la bibliothèque. Il fait le minimum syndical à tous les niveaux de sa vie, c’est comme s’il s’était mis sur pause, seule sa grand-mère a le pouvoir de le ramener brièvement à la vie. Pendant ce temps sa sœur a fait le choix de se donner à 200% dans son travail et sa vie de famille, elle se tient à l’écart de ce qui pourrait lui rappeler le drame, dont son frère.

L’auteure aborde ici une thématique qui est en fait très sombre : le deuil. Pourtant j’ai trouvé ce roman tout en délicatesse et en légèreté avec, en filigrane, pour Koichi, le passage à l’âge adulte qu’il ne parvient pas à dépasser. Je dirai même que ce roman est lumineux grâce à l’aération des pages, le ton de la narration, l’absence de dialogue, bref une belle découverte japonisante qui vous fera passer un agréable moment 🙂

J’ai lu ce livre dans le cadre du Prix littéraire Inter-CE, vivement le prochain de la sélection !

Laisser une réponse