« Contes d’une grand-mère chinoise » d’Yveline Feray

2 Commentaires

C’est le Nouvel an chinois, immersion contée c’est par ici !

(et aussi une déclaration trop stylée pour la Saint Valentin en bonus !)

Résumé :

Les six histoires de ce recueil appartiennent aux chefs-d’œuvre de la littérature chinoise en langue  » vulgaire « . En Marge du patrimoine classique, se développa un art de conter qui connut dès l’époque Song une vogue extraordinaire, grâce, aux talents des conteurs professionnels qui, forts de leur  » langue de trois pouces « , n’avaient pas leur pareil pour ravir et captiver leur auditoire. Ces contes réunis et racontés par Yveline Féray ne représentent qu’une mince part de la richesse de cette tradition populaire, mais il faut les lire en les écoutant : se laisser abuser par ces Cinq rats célestes qui peuvent prendre à l’envi toutes les apparences ; succomber au charme fatal du Serpent Blanc ; partager la passion de Qiu Xian, le vieux jardinier Fou de fleur ; ou désirer posséder La Charmante, même au prix de sa beauté perdue..

conteAuteur : Yveline FERAY  |  190 Pages  | Editions Philippe Picquier

Les contes :

1.Cinq rats jouent de mauvais tours à la capitale orientale

2. Le fou des fleurs

3. Le chat-flamme

4. La Tour du Pic du Tonnerre ou Le Serpent Blanc

5. La nuit du mariage des rats

6. La Charmante

Lancez-vous si : vous voulez découvrir la culture chinoise sous un autre angle, si vous aimez les rats (il y en a beaucoup!), les expressions fleuries*…

Passez votre chemin si : vous cherchez des contes de fées, si vous avez peur des démons, n’aimez pas le riz../

Selon moi :

J’ai beaucoup aimé la partie intro qui présente la construction de ces contes, leurs origines, leurs formations, j’ai appris plein de choses :). Par rapport aux contes en eux-mêmes ils sont pour la plupart construits sur le modèle : il y a un méchant démon qui embête un gentil chinois pour des raisons plus ou moins floues et au final tout s’arrange avec en fond des divinités et des valeurs. La longueur des textes est assez inégale mais ça ne m’a pas gênée. Mon préféré est celui du Fou des Fleurs parce que je veux un jardin comme lui !!! Par contre Je ne vous cache pas que la pensée qui va souvent revenir en lisant ce livre c’est : Mais ! Il est c.. ou quoi ?? Il voit pas que c’est un méchant, mais pourquoi il fait ça ?? mais il est aveugle ??? Bref vous voyez ce que je veux dire ^^

Malgré tout je voulais quand même vous présenter ce livre car j’ai carrément voyagé jusqu’à cette Chine ancienne peuplée de divinités, esprits malins et êtres immortels imprégnés de magie avec des vêtements que l’on imagine flamboyants et somptueux. La culture chinoise est bien mise en valeur, j’ai vraiment eu l’impression d’être assise au coin du feu et qu’une grand-mère me lisait ces contes pour m’enseigner une sorte de morale à la chinoise.

* le jeu du nuage et de la pluie : comprenez ce qu’ils firent sous la couette…

 fleur couverte de brouillard : le plus vieux métier du monde…

son cou aussi blanc et satiné que de la graisse d’oie figée : mmmh, on en salive de ce cou..

♥♥♥ une beauté à faire plonger les poissons dans l’eau et tomber les oies sauvages : à ressortir dimanche pour la Saint Valentin, o-bli-gée !! ♥♥♥

PS : Si vous avez bien aimé celui-là il y a aussi la grand-mère cambodgienne, japonaise, indienne, vietnamienne et tibétaine 🙂

Et vous quel est votre conte préféré si vous l’avez-lu ? ou, question bonus : Avez-vous fait quelque chose de spécial pour le nouvel an chinois ?

2 réponses à “« Contes d’une grand-mère chinoise » d’Yveline Feray”

  1. Chess

    J’aime beaucoup les histoires de ce genre et cette maison d’édition, alors je note 🙂 !

    Répondre
  2. Owlygirl

    Hello, je trouve aussi cette maison d’édition très intéressante, je vais d’ailleurs en lire un autre de leur catalogue prochainement…

    Répondre

Laisser une réponse