☀️ Le livre d’un été de Tove Jansson : une lecture très paisible

2 Commentaires

Résumé : »

Observer les oiseaux sauvages, écrire un livre sur les vers de terre ou guetter les marins de passage, tel est le quotidien de la petite Sophie, qui passe ses vacances d’été sur une île du golfe de Finlande avec sa grand-mère. Une femme hors du commun, à la fois douce et espiègle, qui fume en cachette, jette sa canne pour prendre un bain de mer, et construit Venise avec des boîtes d’allumettes. A mi-chemin du rêve et de la réalité, leurs dialogues complices révèlent l’amour entre une femme qui connaît profondément la vie, et une enfant avide de la connaître. été
Auteur de renom dans les pays scandinaves, Tove Jansson est aussi connue dans le monde entier pour ses ouvrages pour enfants (dont la célèbre série des Moumines). 

Auteur : Tove Jansson* | 166 Pages | Éditions : Le livre de poche

*Pénélope Bagieu a réalisé sa biographie dans Les culottées, on peut la retrouver ici

Lancez-vous si : vous voulez une lecture calme et relaxante, vous voulez découvrir la plume de la maman des Moomins

Passez votre chemin si : vous cherchez une histoire avec un début et une fin, un méchant, de l’action, des course-poursuites…il n’y en a clairement pas !

Selon moi :

Je me suis lancée dans cette lecture dans le cadre des Défis Deedr, comprendre des défis un peu loufoques pour lire des livres qu’on aurait jamais lus autrement, lancés par Morgana et La Luciole du blog du même nom.

été

Pour ma première participation on devait trouver un livre dont l’auteur avait les mêmes initiales que nous, ça a donné cet article et pour celui-ci il fallait que le mot « été » apparaissent dans le titre. J’ai choisi celui-ci car je l’avais repéré, puis perdu de vue, puis retrouvé chez un bouquiniste et ça m’intéressait de voir ce qu’avait écrit Tove Jansson à part Les Moomins, aka le dessin animé qui a marqué mon enfance mais dont personne ou presque ne se souvient 😢

Maintenant le contenu de ce livre ça donne quoi ? En effet mieux vaut vous prévenir car la forme peut surprendre. Il s’agit d’un enchainement de petites historiettes sans vraiment d’ordre chronologique un peu comme si Sophie, une des deux personnages principaux avait pensé « Ah oui et je me souviens de ça aussi »

Sophie est donc une petite fillette qui passe son été sur une île finlandaise avec sa grand-mère/meilleure amie/confidente/maman de subsitution dont on ne connait pas le prénom. Sa mère semble décédée et son père est très lointain et effacé dans le roman. L’ïle est donc le lieu principal de l’histoire un peu comme si tout ce qui s’y passait était hors du monde. Cela m’a aussi fait penser à un monde rien qu’à elle dont elle connait tous les recoins, toutes les habitudes, comment il fonctionne. Elle trouve d’ailleurs que l’amie qu’elle a invitée n’arrive pas à s’adapter.

On assiste donc aux réflexions que Sophie partage avec sa grand-mère qui tente de lui inculquer quelques notions de bon sens, de logique, parfois de savoir-vivre et de politesse. Ses réflexions sont parfois loufoques et ses réactions tantôt celle d’une enfant roi capricieuse tantôt celle d’une petite adulte.

Sa grand-mère quant à elle fume en cachette et on a parfois l’impression que Sophie la maintient éveillée. On entrevoit aussi les marques du temps qui passe comme ses médicaments, ses jambes qui la font souffrir, ses migraines et lorsqu’elle se remémore ses souvenirs passés. Elle va parfois aller dans le sens de sa petite-fille et la rassurer mais parfois aussi la gronder. Leur relation est très particulière et très complice, le père n’a pas sa place. Il y a par exemple une fois où Sophie construit une sorte de mini ville en bois dans la vase d’un marais pour « jouer à Venise » et la découvre ensuite submergée par les eaux. Sa grand-mère lui dit que ce n’est rien qu’il faut qu’elle se recouche et elle en profite pour reconstruire le palais englouti.

En résumé je suis toujours une enfant dans ma tête parce que je préfère de loin son travail avec Les Moomines mais je pense qu’une grande partie de ce livre est autobiographique et que ça a du lui faire très plaisir de l’écrire ☺️

 

 

2 réponses à “☀️ Le livre d’un été de Tove Jansson : une lecture très paisible”

  1. Clo

    Je me suis soudainement souvenue des moomins en lisant Les culottées ! Ça n’a pas marqué profondément mon enfance, mais ça m’avait fait l’effet d’une petite madeleine de Proust !
    En tout cas, je garde Le livre d’un été en tête si j’ai envie d’un livre cocooning un jour 🙂

    Répondre
  2. La Luciole (Deedr)

    C’est intrigant cette forme décousue, comme si on suivait le fil de sa pensée ! Mais j’imagine aisément qu’il faut être dans le bon état d’esprit au moment où on le lit pour que ce ne soit pas ennuyeux !
    J’ai cherché ce qu’étaient les Moomins du coup ! ^^ Je n’ai jamais vu ce dessin animé mais … je comprends enfin ce qu’est cet espèce d’hippopotame qui traîne dans la bibliothèque de mes grands parents ! x)

    Répondre

Laisser une réponse