Lire Autrement, le retour ! Les trois chemins de Trondheim

Ajouter un commentaire

Quel chemin allez-vous préférer ?

Résumé »

Tome 1 :

Flanqué de Robert, son homme à tout faire et souffre douleur, le très riche John McMac est un avare sans scrupule à la recherche de trois pièces d’or. H. Deuzio, un robot un peu naïf qui ne sait ni vraiment qui il est ni où il doit aller, dérive à bord d’une barque dont il ne parvient pas à sortir… Quant à Roselita, elle doit absolument trouver le maître des nuages : son nuage à pain qui la nourrit chaque matin a soudain décidé de ne lui donner que des cailloux pour toute pitance ! Voilà le début d’une histoire peu ordinaire ! Trois groupes de personnages et trois aventures qui semblent n’avoir rien en commun… et pourtant leurs chemins singuliers vont bel et bien se croiser, au sens propre comme au figuré, pour le meilleur et pour le pire. Situations cocasses garanties !

Tome 2

Voilà qui commence mal ! Un marin doit partir à la pêche mais il a le mal de mer. Sous l’eau, une jeune pieuvre doit rejoindre sa mère mais elle a peur des poissons. Un scaphandrier amateur vient découvrir les merveilles des fonds marins, mais il n’y découvre que poubelles et détritus. Pourtant, au hasard des rencontres, leurs destins basculent..

 

Auteur : Lewis Trondheim | 648 Pages | Édition : Ecole des loisirs ou Delcourt jeunesse

Lancez-vous si :  vous voulez découvrir un nouveau style de BD et des personnages hautement mignons

Passez votre chemin si : vous voulez absolument mettre les personnages dans des cases (de BD)

Selon moi :

Le contexte, comment cette BD a atterri entre mes mains ? Grâce aux défis, toujours originaux, organisés par le blog Deedr que j’aime beaucoup. Le dernier auquel j’ai participé se trouve ici. Celui-là portait sur une BD écrite sous la contrainte, quelle qu’elle soit. On peut trouver des exemples dans les œuvres des membres de l’OuBaPo (spécial BD) ou spécial livres (l’OuLiPo). La plus connue des œuvres de ce cercle très fermé ne contient aucun « e ». Il s’agit de « La disparition » de Georges Perec.

Un grand merci à la bibliothèque de Nantes qui non seulement possède le tome 1 mais m’a fait découvrir qu’il y avait un tome 2. Pour info les deux tomes sont totalement indépendants.

Tome 1 :

Sur l’un des chemins nous suivons un petit robot nommé H. Deuzio, il est trop mimi et il lui arrive pas mal de mésaventures mais heureusement le happy end sera au rendez-vous. Sur un autre chemin nous faisons la connaissance d’un serviteur, Robert et de son maître, qu’on a envie de gifler, appelé John McMac. Enfin sur le dernier chemin nous accompagnerons Roselita, une jeune fille avec son nuage de pain (oui oui elle a un nuage qui lui donne du pain c’est tout à fait normal ^^)

Tous ces personnages sont dessinés tout en rondeur et en couleur ce qui donne une sensation très agréable à la lecture. Il n’y a pas beaucoup de texte donc impossible de se perdre dans les histoires croisées. Pour ma part j’ai lu page par page les histoires de chacun. Je l’ai aussi prêtée à mes collègues et certains ont lu la BD trois fois en lisant à chaque fois un chemin. Je ne suis pas sûre que ça soit la meilleure option. En tout cas je vous conseille de vous attarder sur chaque page pour regarder ce qu’il y a autour des chemins. On y trouve par exemple une famille renard, un jour d’école très divers, des petits canards…

Tome 2 :

Je l’ai trouvé un petit peu plus travaillé car là ce n’est plus juste le bord des chemins que l’on peut observer mais la totalité des fonds marins et c’est tout aussi réussi. Cette fois on suit un scaphandrier, une pieuvre toute mignonne et un marin qui a le mal de mer.

Je le conseille vraiment comme un super cadeau pour les 8-11 ans (âge conseillé par l’Ecole des Loisirs) mais pour les adultes c’est top aussi, surtout si vous êtes déjà fan du travail de M. Trodheim.

Et voici une vidéo qui devrait achever de vous convaincre de vous lancer dans cette BD :

 

Laisser une réponse