Avis « Les amants sous verre » de Georges-Olivier Châteaureynaud

Ajouter un commentaire

amantsJe tiens d’abord à remercier Babelio de m’avoir sélectionnée pour la première fois lors d’une de leurs opérations Masse Critique et les Éditions Le Verger pour m’avoir envoyé cette nouvelle 🙂

Résumé »

Ce marché de peintures sous verre est l’un des plus courus au monde. Ce serait bien le diable si Golo, antiquaire (du moins sa carte de visite essaie-t-elle de l’en persuader), ne tombait pas sur une bonne occasion. Il faut dire que ses finances en ont bien besoin.
Il s’associe à la belle Stella pour chasser l’oiseau rare. Golo n’en revient pas. La réalité, avec laquelle il entretient des rapports souvent difficiles ou embarrassés, semble se plier aux souhaits de Stella avec une docilité déconcertante.
Et le fantastique, comme toujours chez Georges-Olivier Châteaureynaud, va s’en mêler…

Auteur : Georges-Olivier Châteaureynaud |  44 Pages (je pense qu’on a le record du plus petit livre chroniqué ici pendant un moment !)  | Éditions Le Verger

Lancez-vous si : vous voulez faire une pause entre 2 tomes de saga, vous aimez les vides-greniers 🙂

Passez votre chemin si : vous n’aimez pas le surnaturel, les antiquités

Selon moi :

Par rapport au scénario on est directement plongé dans l’univers des antiquités, on voit que l’auteur s’y est intéressé de près et il nous livre quelques secrets du milieu (le type de peintures recherchées, le type d’acheteurs…). Et donc inconsciemment qui dit objets anciens dit personnages d’un certain âge, et bien non : Golo n’a que 23 ans ! Et il s’est intéressé un peu par hasard à la peinture sous verre il n’a donc ni les moyens ni le style d’un acheteur classique ce qui lui permet de remarquer la belle Stella.

J’ai trouvé leur relation assez naturelle, ils sont en décalé par rapport aux autres, donc ils se rapprochent jusqu’à devenir les fameux amants du titre. Ensuite ils trouvent où dormir et là… le fantastique s’invite… J’avoue j’ai un peu décroché : le pourquoi du comment m’échappe, je cherche encore une logique à la fin même si des indices sont données. Je vous souhaite donc un bon décryptage si décryptage il y a !

En tout cas c’est l’idéal pour goûter à la plume de M. Chateaureynaud 🙂 Vous avez lu d’autres de ses romans ?

 

 

Laisser une réponse