« Des hommes qui aiment les plantes » de Stefano Mancuso : une belle découverte !

Ajouter un commentaire

Résumé »

Ce livre relate les vies exemplaires, les anecdotes et les recherches de quelques hommes – naturalistes, botanistes, généticiens, philosophes et explorateurs – qui ont révolutionné notre idée du monde végétal.
Cinq siècles de stupéfiantes découvertes botaniques. Charles Darwin et l’orchidée de Madagascar qui ne peut être pollinisée que par une seule espèce de papillon ; la théorie fondamentale du savant anglais sur la fécondation croisée et sur l’évolution des plantes ; Federico Delpino qui a étudié la collaboration entre végétaux et fourmis ; les observations de Léonard de Vinci sur la disposition adoptée par les feuilles pour capter la lumière solaire ; la découverte de l’Amorphophallus titanum par Odoardo Beccari à Sumatra ; l’histoire tragique de Nikolaj Ivanovicˇ Vavilov qui, en cherchant à sélectionner en laboratoire un super-blé capable de nourrir des millions de Russes, préservera la diversité des plantes mais mourra de faim dans une prison soviétique. Et encore, le génie de Marcello Malpighi ; l’invention de la génétique végétale par l’abbé Mendel ; la vie extraordinaire de George Washington Carver, premier Noir américain diplômé, et la ténacité de Charles Harrison Blackley cherchant la cause du rhume des foins

Auteur : Stefano Mancuso |  222 Pages  |  Éditions : Klincksieck

Lancez-vous si : vous pouvez rester en admiration devant des arbres, fleurs, arbustes, vous aimez les découvertes scientifiques

Passez votre chemin si : la flore ne vous intéresse pas du tout

Selon moi :

Je tenais à remercier Babelio dans le cadre de son opération Masse Critique et les éditions Klincksieck pour m’avoir faite parvenir un petit mot avec le livre. Et petit bonus : le logo de leur distributeur est une chouette ! 

 

 

plantesC’est donc une série de 12 récits, courts, qui mettent en avant des travaux, des découvertes de grands hommes méconnus (enfin il y a quand même Goethe, Jean-Jacques Rousseau, Darwin et Léonard de Vinci dans le lot 🙂 ) sur le monde végétal.

Le point commun que je leur trouve à tous, hormis que ce soit des hommes, c’est d’être vraiment des passionnés de plantes, ils y ont consacré une énergie folle et beaucoup de temps. A un point que certains y ont laissé la vie… Aujourd’hui, selon moi, une telle implication semble difficile et serait même mal vue dans notre société qui vit à 100 à l’heure. Il est d’ailleurs souvent question dans le livre de découvertes qui ont été faites il y a plus de 200 ans et qui restent toujours d’actualité aujourd’hui, on a pas fait mieux..

J’ai entre autres découvert pourquoi les Américains sont de grands consommateurs de beurre de cacahuète, comment a été trouvée l’origine du rhume des foins, qu’est-ce que la phyllotaxie…tout ça sans indigestion de termes trop techniques. J’ai particulièrement bien aimé cette réflexion de George Washington Carver :

Lorsque Dieu a créé l’arachide, il ne nous a pas présenté la facture. Pourquoi devrais-je gagner de l’argent avec ses dérivés ?

Et autre point positif très agréable pour les yeux : des dessins de plantes magnifiques, des illustrations d’époques et les portraits de Vincent Rio qui donne un visage au héros de chaque chapitre.

Je salue le travail de M. Mancuso, passionné de botanique lui aussi, qui a gardé en mémoire leur histoire et a su les restituer avec brio dans ce recueil. Parions qu’il sera bientôt être le héros du 13ème récit avec son projet jellyfish barge, je cite : « une serre flottante destinée à la production de plantes, complètement autonome du point de vue du sol de l’eau et de l’énergie » (plus d’infos ici et le visuel en haut de l’article)

.

Laisser une réponse