La somme de nos folies : un roman atypique ET génial !

Ajouter un commentaire

Résumé »

Il arrive rarement qu’un déluge fasse de l’ombre à une éclipse solaire. Il n’empêche, cette année-là, par un curieux concours de circonstances, Beevi, vieille dame fantasque, volontiers revêche, terriblement attachante, hérite d’une grande demeure et adopte Mary Anne, débarquée de son orphelinat. Aidée de Mary Anne et de l’extravagante Miss Boonsidik, Beevi reconvertit la bâtisse – quatre tourelles, dix toilettes, des bibelots à foison et un jardin extraordinaire – en bed & breakfast pour touristes égarés…

Le tout livré en alternance et avec force commentaires par la facétieuse Mary Anne et par Auyong, l’ami fidèle, vieux directeur de la conserverie de litchis, qui coulerait des jours paisibles s’il ne devenait l’instigateur héroïque d’une gay pride locale.

La Somme de nos folies est la chronique absolument tendre, libre, drôle, profonde, incisive, d’un petit monde presque sans histoire quelque part en Malaisie, aujourd’hui. Une somme de folies très humaines, comme un concentré de vie, dans ce qu’elle offre de plus lumineux.

Auteur : SHIH-LI Kowi | 384 Pages | Éditions : Zulma

🏆 : Prix de Premier Roman Etranger 2018

Lancez-vous si : vous avez envie d’explorer l’inconnu (quoi vous avez déjà lu des livres se passant en Malaisie ??)

Passez votre chemin si : vous voulez vraiment manquer un roman magnifique

Selon moi :

Parmi la sélection des Matchs de la Rentrée Littéraire 2018 (#MRL18 pour les intimes) organisés par Rakuten, c’est celui qui m’a le plus attirée de par son titre et de par sa couverture psychédélique/kaléidoscopique. Puis est venu le résumé puis le bandeau clignotant « premier roman » : c’était un livre pour moi !

Pour le scénario je vous invite à lire le résumé qui est vraiment très bien réalisé : il n’en dit ni trop ni trop peu 🙂 Dans la construction du roman on alterne les chapitres avec Auyong, ami de Beevi et Mary Anne, orpheline adoptée par Beevi ce qui nous permet donc d’avoir un bon aperçu du personnage de Beevi. Ce personnage féminin ne ressemble à aucun autre et je me suis beaucoup attachée à elle, c’est ma grand-mère littéraire dirons-nous 👵😍

Voilà pour les éléments techniques, concernant ma lecture, elle m’a vraiment enthousiasmée ! J’ai souvent pensé « Ah oui on se dirige dans cette direction » ou « Ah on reparle de cet épisode » ou « Oh elle aborde tel sujet » (transgenre, réchauffement climatique, tourisme de masse…), beaucoup ponctuée d’onomatopées comme vous aurez pu le remarquer.

Et je trouve que c’est à ça que l’on sait que l’on est en train de lire un chef d’oeuvre : on réfléchit, on rit, on sourit, on pleure, on s’indigne, on se désole, on passe par mille émotions pour à la fin, laisser à regrets tous les personnages hauts en couleurs qui peuplent le petit village de Lubok Sayong (il est fictif ne faites pas comme les Miller, n’y allez pas pour votre prochaine destination de vacances cela pourrait vous coûter cher…)

De plus on est toujours surpris par ce qui va se passer car ce n’est pas un roman conventionnel, il n’y a pas de méchant, d’obstacles pour une quête initiatique ou une grande histoire d’amour, non ce sont des historiettes, des chroniques qui permettent d’avoir une certaine vision de la campagne malaisienne, son charme, ses légendes, ses traditions mais surtout, de plus en plus pregnant, le monde occidental et la mondialisation qui l’accompagne et qui chamboule tout ce joli monde

Je vous le recommande chaudement si vous voulez vous faire une virée en Malaisie et je vous laisse sur cette petite galerie photo issue de ce que l’on peut trouver dans ce roman..

#lasommedenosfolies #shih-likow #MRL18 #Rakuten

Laisser une réponse